Les deux derniers articles, je vous faisais part de recettes (risotto et cookies) dont certains ingrédients ont été modifiés par rapport à la recette de base. Je vous avais laissé dans le flou car cela demandait des explications un peu poussées. 
Comme vous le savez, j'ai du mal à suivre une recette à la lettre et j'aime les improvisation culinaires. Quelques fois cela fonctionne et parfois ça n'est pas bon. Eh oui, moi aussi j'essuie des échec :-)
Cette fois-ci mes improvisations avaient un but : faire baisser l'index glycémique (IG) d'une recette à IG élevé. Pourquoi ? Tout simplement parce que bon nombre de patients diabétiques doivent faire seuls cette gymnastique et qu'à première vue ça n'est pas évident. J'avais donc envie de leur fournir deux recettes (une salée et une sucrée) qui fonctionnent et qui auront moins d'effet dévastateur sur leurs glycémies. Attention, ces recettes ne sont pas sans sucre et vont dans tous les cas faire monter la glycémie. Cependant, elles feront moins fortement qu'avec les recettes de base.
Ensuite, ces recettes me permettent d'aborder le "comment fait-on pour modifier l'IG d'un plat ?"
La première chose est d'identifier les ingrédients qui font monter rapidement la glycémie. Dans le cas du risotto c'est le riz blanc rond. Dans le cas des cookies, c'est la farine et le sucre. Je n'ai modifié que la farine mais j'aurai pu aussi remplacer le sucre par du miel ou du sirop d'agave. J'ai choisi de ne modifier qu'un seul ingrédient car en pâtisserie l'expérience m'a démontrée que modifier plusieurs paramètres en même temps ne favorisait pas la réussite :-). Une modification à la fois. C'est plus sûr.

La deuxième chose, c'est de répondre à la question "par quoi remplace-t-on l'aliment hyperglycémiant ?". Le riz basmati est le seul riz blanc qui ait un IG moyen une fois cuit et relativement proche, en texture, du riz rond. Le riz complet aurait convenu d'un point de vue nutritionnel mais sa texture ferme n'aurait pas convenu à la sensation en bouche d'un risotto. En ajoutant au riz des fibres (via les légumes) et du gras (via l'huile, la crème et le fromage), on va aider à ralentir sa digestion. On va donc aider l'organisme à diffuser les glucides dans le sang plus lentement.
Pour les cookies c'est la même chose. Les flocons d'avoine ont un IG bas contrairement à la farine car ils contiennent beaucoup de fibres. Dans un deuxième essai en modifiant la type de sucre on devrait arriver à une recette de cookies à IG moyen au lieu de élevé. C'est aussi pour cela que j'ai opté pour du chocolat à 70% de cacao. Il est moins sucré et plus gras que le chocolat pâtissier classique. Il va donc, avec le beurre et les fibres des flocons, participer au ralentissement de la digestion du cookie et favoriser une arrivée plus douce du sucre dans le sang. 

Bilan : Avec l'aide d'une table des aliments classés en fonction de leur indice glycémique, il est possible de diagnostiquer le ou les ingrédients à changer. Une seul à la fois, à mon avis, si vous voulez éviter les ratages culinaires... 
Ensuite, toujours avec cette table des aliments, choisissez un ingrédient à IG moyen à bas dans la même catégorie que l'aliment évincé. Par exemple, on enlève un féculent et on le remplace par un autre féculent, sinon c'est risqué. Lorsque cela est possible (particulièrement dans les recettes salées), ajoutez des légumes, du gras, des protéines ... qui maximiseront l'effet de ralentissement de la digestion.
A vous de jouer !