Hél&è;ne AgeneauHél&è;ne Ageneau, diététicienne diplômée d'Etat

Parce que bien manger est une nécessité !

Mot-clé - improvisation

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, 27 octobre 2016

Mousse légère coco/citron

Voici le dernier test culinaire. Après la mousse au chocolat au jus de pois chiche, voici une mousse coco/citron. A la base, j'étais partie pour faire une mousse au citron d'une recette de chez Marmiton. Il me fallait de la crème et du mascarpone. Les avis disaient qu'avec des blancs en neige à la place de la crème c'était mieux. Je me dis ok mais je remplace les œufs par le jus de pois chiche, pour voir ... Première dérive par rapport à la recette de base... Puis en cherchant le mascarpone dans mon frigo : je découvre que je n'en ai pas. Mais j'ai toujours envie de faire cette mousse car je suis en cuisine avec mon fils et qu'une fois l'atelier cuisine parti, c'est une véritable punition que d'arrêter (d'ailleurs nous on le prive de cuisiner c'est plus efficace que de le mettre au coin !!!). Me voilà donc en improvisation (alors que j'étais vraiment partie pour suivre la recette, je vous le jure ;-D). Pas de mascarpone, tant pis j'ai de la crème de coco et de l'huile de coco. On va essayer !

mousse-legere-noix-de-coco-citron-pois-chiches.jpg
Mousse coco citron

Mousse légère coco/citron pour 6 personnes, mode d'emploi : 

Ingrédients : Le jus de pois chiche d'une boîte de 200g, 20cl de crème de coco, 50-60g de sucre, 100ml de jus de citron, 4CS bombée de noix de coco râpée réduite en poudre, 2CS d'huile de coco rendue liquide. Zestes de citron pour décorer (facultatif)

La veille, idéalement, mettre le jus de pois chiche et la crème de coco au frais. Étape que je n'ai pas faite, étant donné l'improvisation. 

1ère étape : monter le jus de pois chiche en neige . Mettre le jus dans un saladier, ajouter une pincée de bicarbonate de soude et battre durant plusieurs minutes (5 à 10 environ). Il monte plus facilement si le jus et le saladiers sont bien froids. Une fois monté, réserver dans un plat.

2ème étape : faire une chantilly de coco. Mettre la crème de coco et la battre plusieurs minutes pour qu'elle mousse et monte/épaississe un peu. Comme ça ne montait pas (crème pas assez froide), j'ai ajouté de la poudre de coco rapé (préalablement mixée au robot pour faire une poudre fine).

3ème étape : Préparer l'appareil au citron. Mesurer 100ml de jus de citron, ajouter 50g de sucre et 2CS d'huile de coco liquide. 

4ème étape : Mélanger la crème coco avec l'appareil au jus de citron. Ajouter la mousse de pois chiche et l'incorporer doucement avec une maryse. 

5ème étape : Dresser dans des ramequins et mettre au frais durant quelques heures. 

Bon appétit !

Voici donc une recette totalement improvisée, agréable à manger car légère en bouche et beaucoup moins calorique que la recette de base. 

La morale de l'histoire c'est qu'une fois de plus il ne faut pas hésiter à adapter les recettes en fonction de ce dont on dispose. Plus on le fait plus on arrive à le faire naturellement. "Pas de beurre ? Alors le beurre c'est quoi ? C'est avant tout du gras plutôt solide à température ambiante mais qu'on peut faire fondre en le chauffant pour le lier à autre chose... Qu'est-ce que j'ai qui pourrait amener au même résultat ? Ah l'huile de coco ça pourrait peut-être le faire ?..." Ça fonctionne pour beaucoup de choses à partir du moment où on accepte d'essayer. Au début il vaut juste mieux faire des petites portions histoire de ne pas devoir manger pendant une semaine un dessert vraiment raté.

 

jeudi, 29 août 2013

Recette salade : improvisation autour des tomates, carottes râpées... et toasts chèvre chaud - sarriette

Je ne sais pas pour vous, mais moi avec les températures élevées, j'ai plutôt envie de salades en ce moment. Voici la recette de celle d'hier soir, comme toujours : improvisation totale en fonction de ce qu'il y avait dans mon frigo et de mes jardinières d'herbes aromatiques.

Laver et couper en petits morceaux 2 tomates, 2 cornichons aigre-doux et 1 carotte préalablement râpée. Ajouter à ce mélange 2 bonnes poignées de mesclun lavé. Faites votre vinaigrette habituelle ou bien ajouter au mélange de légumes 2 CS d'huile d'olive et 1CS de sauce Worcester ("Worcestershire sauce", ça ressemble à un genre de vinaigre mais en plus complexe : un peu aigre-doux et piquant) . 

Parallèlement, couper des tranches de pain, déposer sur chacune d'elle du chèvre (en bûche ou du crottin de Chavignol). Passer 5 minutes au four au grill. Une fois bien doré, déposer des brin de sarriette fraiche. 

Servir ensemble. Bon appétit !

salade-tomates-carottes-rapees-toast-chevre-sariette.jpg

Comme d''habitude, le but n'est pas de vous dire "mince j'aurai bien fait cette salade mais je n'ai pas de sarriette... d'ailleurs c'est quoi la sarriette ?" mais plutôt "ah tiens ça a l'air sympa, je n'ai pas de chèvre mais du camembert c'est pas grave et je mettrais plutôt du basilic".

jeudi, 27 janvier 2011

Curry de poulet à ma façon

Lorsqu'une envie de manger un curry me prend et qu'elle est associée à une envie de cuisiner : je saute sur l'occasion même si elle amène de l'improvisation car mes placards ne contiennent pas toujours les ingrédients nécessaires. Pour ce curry j'avais les ingrédients de base (ouf !) : la poudre de curry et le lait de coco.

Ensuite, j'ai fouillé dans mon frigo et mes placards et peu à peu s'est dessinée la recette que j'allais faire avec les ingrédients que j'avais : pommes de terre, courgettes, oignons émincés surgelés, lanières de poivrons surgelés, blancs de poulet et coriandre surgelée.

Pour 3 personnes j'ai utilisé : 2 pommes de terre, 200g de blanc de poulet, 150g d'oignons, 150g de lanières de poivron surgelées, 1 courgette, 200ml de lait de coco, 2cc de poudre de curry, 1CS d'huile d'olive et 1CS de coriandre fraiche (surgelée).

Dans mon wok en fonte, j'ai fait chauffer l'huile d'olive. Pendant ce temps, j'ai coupé en morceaux mon blanc de poulet (environ 3cm). Une fois l'huile chaude, j'ai saisi le poulet puis j'ai ajouté l'oignon émincé. Pendant la cuisson, j'ai lavé et coupé mes pomme de terre et la courgette. Lorsque le poulet a été doré et cuit sur chacune de ses faces, j'ai ajouté la poudre de curry, puis les lanières de poivron, la courgette et les pommes de terre coupées. J'ai ensuite ajouté le lait de coco et couvert pour que l'ensemble cuise doucement.

Au cours de la cuisson, j'ai souvent remué pour que ça n'accroche pas. On aurait pu ajouter 1CS de farine au moment du curry afin de faire une sauce moins liquide. Ce soir là, j'ai oublié...

Après 3O minutes de cuisson, c'était prêt. J'ai salé, goûté, rectifié l'assaisonnement et servi avec la coriandre hachée.

curry de poulet rapide

Résultat : c'était bon et mon envie était "assouvie". La frustration n'a même pas fait son apparition et la satisfaction de l'écoute de soi m'a permis de profiter du moment présent et non de ruminer sur des envies alimentaires.

jeudi, 12 août 2010

Crumblaka : à la rencontre du crumble et de la moussaka

Aujourd'hui une petite démonstration de l'improvisation culinaire. Je vous ai toujours conseillé d'oser faire des essais en cuisine, parce que souvent ça donne d'excellents résultats et puis quand ça rate ça donne l'occasion de beaucoup rigoler.

Cette semaine, parlons donc du crumblaka, c'est le nom qui m'est venu à l'esprit en composant ce croisement entre une moussaka et un crumble salé. Avant de vous donner un peu plus de détails, sachez une chose : c'était un régal.

Allez c'est parti pour la recette (pour 4 personnes environ) :

Découpez 200-300 g de viande d'agneau (voyez ce que votre boucher peut vous proposer, du jarret par exemple) en petits morceaux et faites les revenir avec un demi oignon. Quand la viande est bien saisie, ajoutez une ou deux tomates coupées en petits dés et assaisonnez. Pas besoin de trop cuire l'ensemble car la cuisson se poursuivra au four un peu plus tard.

C'est donc déjà une première liberté par rapport à la moussaka : normalement la viande est hachée, moi j'avais envie de reconnaître la texture de l'agneau... et puis de toute mon boucher ne voulait pas mixer une si petite quantité de viande (j'ai fait la recette pour 2).

Pendant ce temps là découper 2/3 courgettes et 1 aubergine en dés et faites-les cuire au micro ondes jusqu'à ce qu'elles commence à être très légèrement molles. Ça va très vite au micro-ondes.

Mélanger les 2 préparations et rectifier l'assaisonnement.

Préparez la partie crumble : 80g de farine + 4 cuillères à soupe d'huile d'olive + 50g de parmesan. Sablez le mélange avec le bout des doigts, vous obtenez des petits "grains" qui se séparent bien.

Mettre la préparation dans un plat à gratin, et recouvrir du mélange "crumble".

Enfournez à 200°c + grill pendant une quinzaine de minutes jusqu'à ce que le mélange commence à dorer.

Régalez-vous !

Comme d'habitude, vous pouvez allègrement faire évoluer la recette : ajouter du thym, du basilic, de l'ail, retirer les oignons... Même chose pour les légumes, avisez avec ce que vous avez sous la main et ce dont vous avez envie.

jeudi, 18 mars 2010

Recette improvisée de tarte aux poireaux... ou bilinis/tarama ?

Hier soir j'avais prévu de faire une tarte aux poireaux. Les poireaux reviennent tranquillement dans une grande poêle, la pâte est étalée dans le moule à tarte et je prépare l'appareil avec 4 œufs, une briquette de crème liquide, du sel et du poivre, le tout bien battu. Je sors le gruyère râpé du frigo et là je vois un petit pot de tarama, oublié derrière des yaourts et qui regroupe 2 points importants : la date de péremption est très proche et à la vue de ce pot, j'ai bien envie de blinis avec du tarama.

Problème : Je n'ai pas de blinis tout faits et pour les faire moi-même ça va être difficile : je viens de mettre mes 4 derniers œufs dans la tarte et c'est pourtant indispensable dans la pâte à pancakes ou blinis. Pour corser le tout je n'ai pas non plus de yaourt nature comme demandé sur ma recette (je n'en ai que des avec des morceaux de fruits). Autant vous dire que c'est mal parti.

Mais c'est là que la magie de l'improvisation culinaire débarque. Ne croyez pas que s'il vous manque 1 ingrédient c'est fini vous n'avez plus qu'à abandonner la recette, on trouve bien souvent des moyens de s'en sortir.

Première chose, mon appareil pour la tarte aux poireaux contient mes 4 oeufs, 3 auraient été suffisants. De la crème aussi (crème, yaourt, lait... il y a des points communs...) Du sel, du poivre. Parfait pour mes blinis.

Allez c'est parti, je prélève 1 quart de mon appareil pour la tarte pour m'en servir de base pour mes blinis. Je rajoute un peu de lait pour retrouver un volume un peu plus important pour la tarte aux poireaux et m'attaque à la suite de la recette des blinis.

Farine, un peu de lait, de la levure. Je laisse reposer quelques minutes pendant que je finis de m'occuper de la préparation de la tarte que j'enfourne et je retourne aux blinis.

Une grande poêle (je n'ai pas de poêle spécifique mais ça n'est pas bien grave), une grande cuillère et je fais plusieurs petits pâtés de pâte. Je laisse cuire doucement et c'est prêt à déguster, chaud avec le tarama bien frais qui contraste et fait ressortir ses saveurs.

Mon entrée improvisée est très riche (le tarama c'est très très gras) et imprévue... ma tarte aux poireaux était déjà censée fournir l'apport énergétique du dîner, alors que faire ?

Réponse la semaine prochaine !


jeudi, 4 juin 2009

Tarte aux légumes à base de haricots verts : totale improvisation !

Si vous suivez régulièrement ce blog vous aurez probablement constaté que j'aime beaucoup faire des tartes à base de légumes (et une autre recette de tarte ici) et surtout avec ce qu'il y a dans mon frigo et mes placards sans trop me préoccuper des recettes et autres "mais ça ne se fait pas".

Cette semaine après un déjeuner "cordon bleu - ebly - haricots verts en conserve". Il me restait pas mal de haricots, parfait pour le diner. Des haricots verts dans une tarte ? Et pourquoi pas !

Dans mon frigo, outre une pâte brisée toute prête, 2 courgettes un peu fatiguées me font de l'œil, une petite barquette de dés de jambon et un vieux morceau de comté qui commence à marcher tout seul... parfait !

Comment on associe tout ça ?

Commencer par laver et couper les courgettes, j'ai choisi de faire des rondelles un peu épaisses et ensuite de les couper en 4 (en les empilant ça va très vite). Je les fait revenir quelques minutes à la poêle avec un peu d'huile d'olive pour qu'elles perdent un peu d'eau.

Ensuite je râpe mon vieux morceau de comté et je prépare mon appareil (la partie liquide à base d'œuf qui me liera ma tarte) : 3 œufs battus avec deux grosses cuillères à soupe de crème fraîche. Du sel du poivre et c'est réglé.

Prêtes pour l'assemblage ? Alors on étale la pâte dans un moule, on met en vrac les haricots verts et les courgettes. On verse notre appareil dessus, on ajoute les petits dés de jambon et on recouvre avec le comté râpé.

Direction le four (15 minutes en mode crisp dans mon cas), sinon ça doit être quelque chose comme 30 minutes à 175°C dans un four traditionnel.

Le résultat est juste parfait. Le plus long dans ma préparation a été de m'occuper des courgettes, mais si j'avais eu plus de haricots verts j'aurai très bien pu m'en passer. Bref une fois de plus vous voyez qu'il est possible de se faire une base de repas relativement équilibrée en très peu de temps.

jeudi, 5 mars 2009

Moelleux au chocolat suite... des détails sur l'improvisation

La semaine dernière j'évoquais l'improvisation d'un petit gâteau au chocolat. Cela m'a valu pas mal d'emails qu'on pourrait résumer ainsi : "Vous êtes diététicienne, vous connaissez la cuisine par cœur, mais moi je n'ai aucune idée de comment improviser une recette, j'ai une chance sur deux de préparer une catastrophe".

Pour faire simple, je veux que ce soit clair, la cuisine est faite d'essais, certes plus ou moins réussis, mais qui permettent justement d'apprendre petit à petit à improviser, à faire un bon petit plat avec ce qu'il y a dans le frigo plutôt que de passer 1 heure à hésiter entre 30 recettes de marmiton.org et la demi douzaine de livres de sa bibliothèque... pour finir par manque de temps par sortir un plat industriel du congélateur.

La cuisine ça vient en pratiquant, en suivant des recettes au départ puis en essayant des choses par soi-même, en se souvenant justement des recettes précédentes, en variant tel ou tel ingrédient...

Revenons à notre moelleux au chocolat : comment diable ai-je élaboré cette recette ? Voici tous les secrets :
Avant tout il faut avoir en mémoire la consistance "moyenne" d'une pâte à gâteau, vous avez toutes et tous fait ou approché une pâte de gâteau au yaourt, c'est une texture lisse, comme une pâte à crêpes, mais en plus épais. Ça n'est pas trop liquide ni sec comme une pâte à tarte. Vous voyez ? Parfait car on va reproduire ça. Ca n'est pas scientifique pour un sou et je me ferais probablement incendier par un pâtissier, mais on aura au moins la certitude d'avoir un gâteau présentable à la fin.

Maintenant les ingrédients. Dans un gâteau on a généralement des œufs, de la farine, du sucre, du beurre, un peu de sel... Dans notre cas c'est un gâteau au chocolat, donc on peut diminuer la quantité de beurre car le chocolat contient déjà pas mal de graisse.

Alors allons-y.

Pour commencer je prend mes 2 petits moules, je les remplis à 3/4 d'eau pour simuler la quantité de pâte. Je verse le tout dans un grand bol et je vois à peu près (visuellement) quel volume de pâte je dois obtenir. Je jette l'eau (ou j'arrose les plantes avec). J'aurai pu aussi peser cette quantité d'eau pour avoir une idée du poids total des ingrédients à mettre pour faire ma pâte

- Je commencer par faire fondre une demi tablette de chocolat pâtissier, ça fait 100 g, par rapport au volume total de ma pâte ça me semble cohérent.
- J'ajoute un tout petit peu de beurre salé pour rendre le mélange plus onctueux et donner plus de goût à la préparation.
- maintenant j'ajoute un oeuf. Je vois que le volume de ma pâte augmente pas mal, mais c'est très insuffisant. Je sais que je ne dois pas compter sur le sucre ni sur la farine car dans un moelleux il y a peu de sucre (conservons le goût du chocolat) et peu de farine (sinon on ça rend le gâteau trop sec)... bref j'ajoute un deuxième œuf.
- j'ajoute une grosse cuillère à soupe de farine et 2 de sucre, je mélange, la texture et le volume sont parfaits, je goûte... c'est quand même encore un peu trop amer car mon chocolat contient beaucoup de cacao, j'ajoute donc 2 nouvelles cuillères de sucre. Je mélange, je goûte : nickel.

Je verse dans mes 2 petits moules, comme prévu ils sont remplis au trois quarts, je préfère avoir un peu de marge car toute pâte, même sans levure a tendance à monter un peu.

C'est un gâteau, j'enfourne à une température standard (regardez dans vos livres de cuisine on est toujours autour de 160-180°C pour les gâteaux) mais je préfère plutôt le bas de la fourchette car comme mes moules sont petits, ma préparation va cuire très vite. Je divise donc également par deux le temps de cuisson moyen et je surveille, j'allongerais ce temps si nécessaire. Le petit test de la lame de couteau qui ressort sec ou non est une bonne base : quand presque sec c'est que c'est cuit (un moelleux doit rester fondant donc il ne faut pas trop le cuire).

Voilà, vous avez tous les secrets de préparation de ce gâteau ce jour là, j'espère que ça vous donnera des idées pour vous aussi improviser vos recettes. Il ne faut pas hésiter à faire des essais, parfois rater des choses, mais c'est souvent dans ces occasions qu'on rigole beaucoup (je repense à ma sauce "fromage blanc (0%) mozzarella" il y a quelques jours, un vrai désastre, mais qu'est-ce qu'on a pu rigoler... et peut-être qu'un jour j'oserai parler de ma charlotte au chocolat elle aussi à base de fromage blanc à 0% ou mieux encore cette fameuse "pizza au barbecue" dont on parle encore dans ma famille et ce des années après).

Rire autour d'une table, c'est aussi ça les valeurs de la diététique !

jeudi, 26 février 2009

Repas improvisé : vite un moelleux au chocolat !

Envie de faire un dessert un peu recherché mais pas 2 heures à perdre, improvisez un petit moelleux au chocolat. Préparé dans des moules individuels, ils seront aussi jolis que bons !

Pour 2 personnes il vous faut :
- 2 œufs
- 100 grammes de chocolat noir
- 2 cuillères à soupe de farine ou de maïzena
- 2 cuillères à soupe de sucre (ou plus simplement : sucrez petit à petit en goûtant la préparation)
- 25 grammes de beurre (+ une demie pincée de sel si vous utilisez du beurre doux)

La préparation :
- faîtes fondre doucement le chocolat (casserole ou micro-ondes), ajouter le beurre et mélangez (hors du feu).
- ajouter les œufs en fouettant énergiquement le mélange afin que les œufs ne cuisent pas.
- ajouter le sucre et la farine petit à petit en continuant de fouetter.

Versez le mélange dans des petits moules individuels beurrés et mettez à cuire une vingtaine de minutes à 175°C.

Piquez le gâteau d'une pointe de couteau, si elle ressort sèche ou presque, c'est cuit.

Dégustez tiède, directement à la cuillère dans le moule, avec une clémentine par exemple.



La clé de ce type de recette, c'est tout simplement d'essayer. Très vite on apprend à se passer de recette, en observant la consistance de la pâte, en la goûtant. C'est l'une des clés pour apprendre à faire de la cuisine à son goût et aussi en fonction de ses besoins énergétiques. Essayez la même recette sans beurre, c'est très bon aussi. Variez le chocolat (un chocolat de très bonne qualité type Valrhona peut transcender la recette et donner bien plus de goût à votre préparation que de rajouter du beurre et du sucre à outrance...). Bref vous avez là une bonne base, n'hésitez pas à aller plus loin et à vous faire plaisir !

jeudi, 19 février 2009

Repas improvisé, vite préparé et appétissant

Une phrase revient régulièrement dans la bouche de mes patients : Je n'ai aucune envie de passer 1 heure à la cuisine le soir en rentrant chez moi.

Alors pour eux et aussi pour vous, voici une petite recette, très simple pour préparer un dîner en quelques minutes : Du saumon avec des petites carottes.
Il vous faut (pour 2) :
- 2 pavés de saumon surgelés (ou frais, ou tout autre poisson à votre goût)
- Une grosse carotte (ou plusieurs plus petites)
- du jus de citron (citron frais ou en petite bouteille pour aller plus vite)
- du sel, de l'aneth

Mettez les 2 filets de poisson dans un grand plat, épluchez et coupez la carotte en fins bâtonnets et mettez les dans le plat.
Ajouter un peu de jus de citron, ça aidera les carottes à cuire, un peu de sel et d'aneth et mettez le tout au four.

L'idéal si vous pouvez, c'est un four micro ondes multifonction, en utilisation mixte (chaleur pulsée + micro ondes, 175°C/90W dans mon cas).
En un quart d'heure votre plat est prêt ! Sinon au micro-ondes classique, ça fonctionne aussi très bien, il faut juste mettre une puissance pas trop forte (500W maxi) et bien surveiller la cuisson du poisson.
A vous d'adapter la cuisson et la grosseur des bâtonnets de carotte pour que le poisson et les carottes soient cuites en même temps, mais ça ne devrait pas être trop compliqué.

Selon votre appétit, vous pouvez aussi accompagner ce plat d'un peu de riz, boulgour, quinoa... ou d'un reste de la veille :)

Bon appétit !