Hél&è;ne AgeneauHél&è;ne Ageneau, diététicienne diplômée d'Etat

Parce que bien manger est une nécessité !

Général

La catégorie générale regroupe tous les billets sur l'alimentation et la diététique

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, 15 novembre 2018

Cal, kcal, kilocalorie, c'est quoi toutes ces calories ?

Tout le monde commence a bien avoir à l'esprit que les calories des aliments c'est l'énergie que l'aliment fournira à notre corps lorsqu'on l'aura ingéré et digéré.

Certains ont aussi appris quelque part lors d'un cours de physique lointain que ça correspond à la quantité d'énergie nécessaire pour élever 1 gramme d'eau d'un degré (entre 14,5°C et 15,5°C pour être précis). OK mais ça ne nous avance pas trop face à notre assiette.

Il y a quelques jours une patiente m'expliquait notamment qu'elle était un peu perdue entre les calories, les kilocalories, et leurs unités respectives.

Elle avait constaté qu'un carré de chocolat pouvait lui apporter des dizaines de kilo-calories et qu'ensuite son smartphone lui indiquait que sa course à pied de plusieurs kilomètres ne "brûlait" que quelques "Cal". Elle était un peu dépitée !

La réponse est toute simple, c'est même bizarre qu'on en entende si peu parler, notamment dans les magazines féminins.

- Une calorie, (1 gramme d'eau 1 degré blablabla...) s'écrit avec le symbole "1 cal"
- 1000 calories, c'est à dire "1 kilocalorie" s'écrit "1 kcal"
- 1000 calories c'est aussi "une Grande Calorie", dont la notation s'écrit... "Cal", notez bien le C majuscule.

Donc si on résume :

1000 cal = 1 kcal = 1 Cal

Simple non ?

En diététique on a tendance à parler de grandes Calories, car la calorie est une unité trop petite pour signifier quoi que ça soit en terme d'aliments ou de dépenses énergétiques liées à l'activité sportive. Donc un exercice physique brûlant 100 Cal c'est bien 100 kcal, du même ordre de grandeur que vos carrés de chocolat :) Et à l'oral forcément "calorie" ou "Calorie" c'est difficile de faire la différence, tout est fonction du contexte. Bref si un diététicien, un magazine ou une application de smartphone vous parlent de calories, il s'agit de celles avec un grand C, même si parfois on a tendance à omettre la majuscule.

Application Fitness Strava - "cal" ???

Après, objectivement, on a tendance à beaucoup focaliser sur les calories, mais si vous suivez ce blog depuis un petit moment vous savez ce que j'en pense, il y a des pathologies pour lesquelles la mesure précise de l'apport énergétique est importante, mais dans la majeure partie des cas ça n'est pas vraiment la source du problème et de nos préoccupations...

jeudi, 13 octobre 2016

Evolution culinaire

nuages Andernos - Lège Cap Ferret
Nuages sur le Cap Ferret. Andernos, oct. 2016

Comme vous avez pu le constater, je suis moins assidue sur le blog ces derniers mois. Il est temps que je vous explique pourquoi. En septembre 2015, me mère a appris qu'elle avait un cancer du rein avancé car métastasé aux os ... Je vous laisse imaginer le choc sachant qu'elle mangeait bio, faisait du sport, ne fumait pas, n'était pas en surpoids ... bref aucun élément tangible justifiant cette saleté. 

Le choc passé et le naturel battant de la famille revenant, nous nous sommes tous mis à la soutenir et à chercher des "remèdes" des "trucs" pour l'aider à vivre les effets secondaires de son traitement. Je vous passe les détails mais cette épreuve m'a fait découvrir énormément de choses d'un point de vue diététique. Mon objectif à la base était de la soutenir et de lui donner quelques clés pour pouvoir manger avec plaisir, moins perdre du poids, adapter les textures à l'état de ses muqueuses, ... Parmis ces recherches, j'ai découvert l'alimentation cétogène pour aider/augmenter l'effet du traitement anti-angiogénique qu'elle avait.  

Parallèlement à cela, mon frère étant très féru d'alimentation macrobiotique, j'ai beaucoup échangé avec lui, discuté, argumenté, cherché à comprendre ... J'ai commencé à m'intéresser de plus près au végétarisme et véganisme. Le régime cétogène étant une sorte de traitement, il n'était pas question de le suivre, par contre cela m'a permis de découvrir certains aliments (graine de chia, huile de coco, farine de lupin, ...) et redécouvert la notion d'index glycémique que je connaissais mais n'utilisais pas tant que ça au quotidien. 

C'est impressionnant comme il existe une quantité phénoménale d'aliments, de bons aliments, dont nous avons à peine conscience tellement leur présence est faible dans nos supermarchés traditionnels dont les rayons croulent pourtant sous le nombre de références. J'aurai l'occasion d'en reparler, mais les flocons d'avoine, l'amarante, le sarazzin, le patisson, les blettes, très peu d'entre nous connaissons et utilisons ça au quotidien (et sachons les cuisiner correctement), pourtant tout le monde connait la collection complète des pétales et flocons Kellog's, c'est dommage !

Peu à peu, au fil des mois, je me suis mise à moins manger de viande/volaille, puis moins de poisson. J'ai longtemps acheté du jambon et des lardons, un peu les derniers vestiges de mon alimentation carnée, mais suite au reportage de cash investigation, j'ai finalement sauté les pas et ils ne sont désormais plus présents dans notre frigo. Bref, progressivement, je me suis mise à cuisiner plus de légumes secs, plus de légumes. J'ai utilisé des laits végétaux pour faire des crèmes maison et dinimuer un peu notre consommation de laitages. J'ai fais mes propres yaourts. Pas compliqué en soi à faire, mais cela me demande encore trop d'organisation. Je continue donc à en acheter ;-).

Parallèlement, j'ai poursuivi mes recherches avec mon conjoint sur le zéro déchet, l'impact de notre agriculture sur notre environnement, ... C'est un virage déjà bien amorcé depuis notre tour d'Europe en 2012 et petit à petit tout ça fait son chemin... à base d'essais, de tests, plus ou moins réussis, mais qui font qu'on en apprend toujours plus chaque jour. Et puis quand ça rate, généralement c'est l'occasion d'un bon fou rire !

En janvier 2016, je me suis mise à cuisiner mes cosmétiques et nos produits ménagers. En avril, j'ai basculé et ai commencé à acheter quasi exclusivement des produits bio et si possible locaux. En mai, mon conjoint m'a offert des sacs en tissus magnifiques pour éviter d'utiliser des sacs plastiques au supermarché. Puis, en septembre, nous avons découvert une maraichaire locale qui nous livre désormais des fruits et légumes bio à des prix encore abordables. J'ai du arrêter la Ruche Qui Dit Oui à cause des prix trop stratosphériques pour notre budget. Les légumes de pleine saison à plus de 5€/kg ???. 

sacs-reutilisables.jpg
Des sacs réutilisables

Alors nous ne sommes pas végétariens, lorsque nous sommes invités nous mangeons de la viande ou du poisson. Il y en aura d'ailleurs probablement de temps en temps encore à la maison pour certains plats intimements liés à la viande (un pot au feu vegétarien ??? très peu pour moi). Nous ne sommes pas "zéro déchet" car c'est très contraignant avec nos choix de vie actuels et c'est avant tout un processus de réduction petit à petit plutôt qu'un état qu'on peut obtenir du jour au lendemain. Nous ne sommes pas plus minces, plus beaux, plus ... :-D. Je dirais que nous sommes juste plus conscients. Conscients du chemin à continuer de parcourir pour aider notre planète, nos enfants... et les producteurs locaux. Conscients d'être incapables de révolutionner le monde mais d'avoir néanmoins une carte à jouer pour tendre doucement vers une amélioration. 

Pour finir ce billet fleuve, ma mère est décédée cet été à 59 ans. J'ai essayé de profiter des tous les moments possibles avec elle ces derniers mois. Elle nous laisse tout ce cheminement et l'envie de profiter de l'instant présent. Nous n'avons pas le temps de le laisser filer, de remettre à Demain. Alors, chaque jour, nous faisons un petit pas pour tendre vers ce qui nous semble une amélioration du monde et une vie la plus éthique possible. J'ai bien conscience que cela ne nous sauvera pas d'un cancer, et certainement de notre propre mort ... Mais comme dit Pierre Rabhi, le colibri fait sa part pour éteindre le feu. Nous tentons de faire notre part pour être en accord avec nous même.

jeudi, 4 février 2016

Peut-on s'amuser avec les aliments ?

jouer_escargot.jpgUne chose qui ressort de mes consultations, notamment avec les enfants et les adolescents (mais pas seulement), c'est que je ressens qu'ils voient l'alimentation comme quelque chose d'hyper sérieux. Il faut dire qu'on leur a répété à longueur de temps des messages probablement plus violents psychologiquement que les jeux auxquels ils jouent !!! "Faut pas manger ça", "les bonbons/gâteaux/... c'est interdit", "le sucre c'est un poison", "ça c'est trop salé", "si tu manges ça tu vas devenir obèse"... aie aie aie, l'alimentation diabolisée, symbole de tous les dangers.

Depuis toujours je pense que l'alimentation doit (re)devenir quelque chose de naturel, en se rapprochant des aliments bruts le plus possible, mais aussi en diversifiant ses sources, en essayant des nouveautés, en se faisant plaisir et surtout en mangeant avec tous ses sens, même si on sort parfois de l'équilibre parfait prôné un peu partout.

Si vous planifiez un régime alimentaire hyper strict pour vos enfants, avec brocoli et chou fleur vapeur à tous les étages, il ne faudra pas s'étonner de retrouver sous leur lit un emballage de paquet de bonbons acheté en douce.

L'important est donc de se mettre à la cuisine ensemble, de sentir les différentes épices, de découvrir des produits inconnus, d'essayer des associations, même les plus improbables, de goûter des légumes crus, même ceux "qui ne se mangent que cuits", puis cuits, de toucher, d'écrabouiller (pour les plus jeunes), de tenter des présentations ludiques, bref de considérer l'alimentation et la cuisine tels des activités, des jeux comme les autres.

Nous avons au moins 5 sens, utilisons-les !

jouer_poisson_pane.jpgPhotos Sandrine DL, hé oui c'est tout sauf équilibré, mais c'était drôle, et la salade verte servie après est passée comme une lettre à la poste !

Même chose pour le surimi de la photo précédente : c'est un produit que personnellement je n'aime pas trop pour son côté très très industriel... mais son utilisation ici a permis à de jeunes enfants de manger la mâche et les tomates avec plaisir dès le début car ils ne voulaient pas "détruire" l'escargot !

Dédramatisons un peu l'alimentation et amusons-nous.

jeudi, 7 janvier 2016

La sorcière de janvier

Janvier est à peine entamé, vous avez encore la mémoire olfactive de la bûche et profitez pleinement des boîtes de chocolat apportées par le Père Noël, quand un après-midi au boulot, alors que vous ne vous y attendiez pas, "bam", ça vous tombe dessus : l'alerte qui fâche, ce petit texto reçu sur votre portable : "n'oubliez pas votre rendez-vous demain à 17h avec votre diététicienne..."

Aie aie aie, je vous connais, vous prenez peur. Non, c'est pas possible, ça fait 3 semaines que vous n'avez pas approché un brocoli à moins de 10 mètres (là-bas au loin au fond du rayon que vous avez évité), vous savez par avance que vous n'avez pas perdu un gramme et que la tendance serait-même probablement à la hausse... hors votre corps ça n'est pas la bourse, quand ça monte ça n'est pas bon signe.

Bref, pour vous c'est plié, aucun intérêt d'aller s'humilier chez la diététicienne alors que vous n'avez fait aucun effort depuis la dernière fois, que vous allez vous faire sermonner pendant 45 minutes et ressortir avec le moral dans les chaussettes.

Stratégie d'attaque : hop s'éclipser du bureau sans que le chef ne vous repère, filer dans la cage d'escalier et vite appeller le secrétariat pour annuler cet horrible rendez-vous.
A l'issue de l'appel, vous avez l'impression qu'une rage de dents vient de se stopper net. Mouais, même pas sûr... je sens un soupçon de culpabilité... mais en tout cas vous êtes débarrassée, et ça, ça fait du bien.

Mais au fait, êtes-vous aussi sûre que ce rendez-vous avec la sorcière de janvier allait être dévastateur ?

Mettez-vous à ma place une seconde. Que pensez-vous que j'ai fait pendant les fêtes de noël ? Que je me suis isolée dans un temple zen à mâchouiller du brocoli vapeur et à boire du thé vert sans sucre à longueur de journée ? Tout comme vous, votre diététicienne (ou nutritionniste, qu'il soit homme ou femme) a mangé ses plats en sauce, à bu quelques verres, voire même grignoté des cacahuètes en quantité déraisonnable !!! Qui serait-elle pour juger que votre comportement, dicté par des décennies de traditions ?

Non, ce premier rendez-vous de janvier c'est justement l'occasion de faire le point, de voir ce qui s'est passé, de vous aider à traverser cette période qui a pu être mouvementée voire chamboulée, d'un point de vue alimentation bien sûr (quantité, fréquence, richesse, ...) mais aussi psychologique, car je le sais bien, pour beaucoup d'entre vous cette période est synonyme de difficultés à s'accepter, à s'autoriser, à ne pas regretter, ...

Je n'ai pas de bâton, je ne fais pas mal, je suis là pour vous accompagner et vous aider, et certainement pas pour vous sermonner ou vous engueuler du plaisir que vous avez pris à reprendre une part de la terrible bûche au chocolat de tata Bernadette qu'elle réussit chaque année de mieux en mieux, avec ce chocolat grand cru ramené de son dernier voyage au Pérou.

Donc comme j'ai l'habitude de le dire : faites-vous honneur, respectez-vous ! Il n'y a aucune raison d'annuler ce rendez-vous parce que vous n'avez pas strictement suivi les règles de conduites que vous aviez imaginé !

jeudi, 29 janvier 2015

Nouveauté : Consultation diététique en ligne

Ca fait quelques temps que je teste ça, mais ça y est je suis fière d'officialiser l'information sur le blog : vous pouvez désormais prendre un rendez-vous avec moi même si vous habitez à l'autre bout du monde !

Je fais donc des consultations en vidéo (image et son) et vous pouvez prendre rendez-vous à tout moment, tout est automatisé (sauf la consultation bien sûr :-). Vous choisissez votre créneau horaire, renseignez vos informations personnelles, réglez la séance via carte bancaire et le jour venu nous nous retrouvons à l'heure du rendez-vous sur une page web spécifique qui nous permet de nous voir et de nous entendre. C'est bien moi, Hélène Ageneau, diététicienne diplômée, qui serait derrière la webcam, pas de surprise !

Les premiers résultats sont encourageants puisque la première consultation que j'ai faite s'est passée avec une patiente... expatriée... aux États-Unis et ça a fonctionné absolument sans le moindre souci, une belle réussite !

Comme toujours lorsqu'on dépend de la technique, il est recommandé d'avoir un ordinateur qui fonctionne, avec un navigateur internet à jour, une connexion internet stable, une webcam, un micro et un casque (ou des enceintes) qui marchent... bref si vous pouvez tester avant la consultation, par exemple que Skype fonctionne avec vos amis, vous serez rassurée et vous aurez de bonnes bases pour attaquer la consultation en ligne. Mais en général aucun souci et dans le pire des cas je vous appelle par téléphone afin que le son soit nickel.

A bientôt en vrai ou via webcam !

Pour prendre rendez-vous c'est ici


jeudi, 27 novembre 2014

Je suis ultra joignable !

Je n'ai jamais été très bonne pour répondre au téléphone. Mon entourage pourrait vous le dire, mon téléphone est toujours perdu au fond de mon sac à main, j'ai oublié de le sortir du mode avion, ou alors il est resté sur vibreur et surtout (là vous ne m'en voudrez pas) je refuse de répondre pendant les consultations.

Du coup dans certains cas la prise de rendez-vous devenait un peu digne d'un feuilleton télé : vous me laissiez un message sur mon répondeur, je vous rappelais quelques heures après et cette fois-ci c'est moi qui tombais sur votre répondeur, vous me rappeliez alors que j'étais de nouveau en consultation... et au bout d'une semaine nous n'avions toujours pas réussi à nous parler de vive voix, et vous n'aviez toujours pas votre rendez-vous !

Cette période de ma vie est ré-vo-lue :-)

J'ai bien écouté vos remarques et je suis désormais ultra joignable puisque lorsque vous m'appelez, vous tombez désormais sur mon secrétariat ! Plus de temps perdu de votre côté, vous savez directement quand je suis disponible et vous pouvez gérer vos rendez-vous sans souci du lundi au vendredi de 08h00 à 20h00 et le samedi de 08h00 à 12h30.

Le numéro de téléphone ne change pas : 06.95.30.25.85

Pour ma part c'est également un soulagement, j'attaque mes pauses déjeuner avec sérénité pour vraiment manger (le comble pour une diététicienne) plutôt que de commencer par la liste des gens que je dois rappeler avant de reprendre. Vous voyez que je suis aussi capable d'appliquer à moi-même ce que je prône pour les autres. On a toujours des solutions pour contourner les choses qui nous posent problèmes. Ca ne vient pas tout seul (dans mon cas : démarchage, complexité de mise en place, paperasse, coût financier, ...) mais face à une situation qui ne me convenait plus j'ai réussi à faire le nécessaire pour retrouver une pause déjeuner digne de ce nom et me sentir l'esprit libre lorsque je termine ma journée afin d'être plus disponible pour ma famille ou préparer un vrai diner plutôt que de sortir un plat tout prêt du congélateur...

Je pense que tout le monde y trouvera son compte, mais n'hésitez pas à me faire savoir comment ça se passe avec la secrétaire histoire que je lui tire les oreilles si elle ne fait pas bien son travail :-) ou lui offre des chocolats si au contraire tout est parfait.


jeudi, 4 septembre 2014

La ruche qui dit oui : premier retour


Il y a un peu plus d'un an je vous parlais de la Ruche qui dit OUI, un système pour mettre en relation petits producteurs et consommateurs en limitant les intermédiaires.

Je voulais vous donner plus de détails sur le fonctionnement... mais malheureusement, faute de local pour réceptionner les produits, la Ruche d'Arès (là où je travaille) n'avait pas réussi à ouvrir. Le projet a capoté mais a été repris et cette fois ça y est, depuis juillet, la Ruche est ouverte et fonctionne !

Voilà donc concrètement comment ça se passe de l'intérieur :

ruche-head.jpg

- pour la Ruche d'Arès, il y a les livraisons tous les 15 jours, les mardis. 8 jours avant (donc le lundi d'avant) les ventes commencent sur le site dédié.
- chaque producteur a renseigné une liste de produits (avec photos) qu'il peut proposer et le tarif associé. Exemple : M. X producteur de légumes indique qu'il peut livrer des aubergines blanches à 1,39€ le kilo, des tomates roma à 1,99€/kg, des concombres à 99 centimes pièce... (prix au pif)
- le client (l'abeille, c'est à dire vous et moi) pouvons consulter la liste de tous les produits proposés par tous les producteurs inscrits. Ainsi pour l'instant je trouve que le producteur de fruits et légumes bio est très cher mais il y a un producteur en "agriculture raisonnée" qui a des tarifs et des produits que je trouve plutôt convaincants (en attendant l'aller visiter son exploitation d'ici peu normalement).
- Je fais donc mes emplettes comme sur un site de supermarché en ligne : 2 kilos de ci, 3 unités de ça, 1 pot de ceci... j'ai un panier virtuel avec un total, bref rien de très dépaysant.
- le paiement se fait en ligne, par carte bancaire.
- comme nous sommes dans un petit système, il peut y avoir des aléas, par exemple 1 seul kilo de légumes commandé par toutes les abeilles pour un producteur qui habite à 100 kilomètres... ça n'est pas très pertinent qu'il se déplace (bilan carbone et pas rentable pour lui) donc finalement les produits peuvent ne pas être livrés (auquel cas ils ne seront pas débités de la carte bancaire).
- quelques jours avant la livraison la vente est arrêtée (le samedi pour moi), on a alors la confirmation que tout sera bien livré (ou pas, mais ça ne m'est encore jamais arrivé, ça reste rarissime quand la Ruche tourne correctement).
- le jour de la livraison, les producteurs se regroupent à l'endroit mis à disposition par la reine de la Ruche (qui cherche aussi les producteurs, gère la relation avec les abeilles...) et sur une plage horaire définie les abeilles viennent chercher leur produit. Pas d'échange d'argent vu que tout est déjà payé. C'est l'occasion de discuter un peu avec les producteurs, de voir les produits qu'on n'a pas soi-même acheté pour se faire un avis...

ruche-fournisseurs.jpg

Alors mon retour d'expérience ?

Franchement je suis enchantée. D'abord parce que ça me permet de retrouver des légumes sympa et goûteux, moi qui n'ait pas trop le temps en semaine d'aller au marché. Là les horaires sont un peu plus compatibles avec la vie de quelqu'un qui travaille. Après je trouve sympa d'avoir un contact direct avec le producteur mais surtout d'avoir accès à des produits plus rares ou qui se conservent éventuellement moins (et qui sont donc bannis des supermarchés) : le producteur sait avant de quitter son exploitation combien il doit en apporter et que tout sera vendu. Il peut donc proposer des choses plus atypiques. C'est là qu'on se rend compte aussi de la pauvreté de nos hypermarchés. On a des fruits exotiques qui ont fait le tour de la terre mais pas 2 sortes de carottes différentes pourtant bien produites localement. Probablement parce qu'une carotte jaune ou violette et non pas "orange parfait" reste 3 jours invendue dans un hyper et finit à la poubelle... le chef de rayon n'en rachètera plus jamais par la suite...

Voilà donc un de mes retours de Ruche, un mardi soir d'août :
ruche-panier-legumes.jpg
Panier issu de ma commande à la Ruche d'Arès

Plutôt sympa non ? La tomate n'est pas rouge parfaite et sans défaut, les carottes font envie, la salade a l'air vivante, ... C'est bon, c'est original, ça fait vraiment plaisir !
Ce que j'aime aussi c'est vraiment la liberté dans le choix des produits. Je n'ai jamais sauté le pas du panier "AMAP", où en gros il faut s'engager à prendre X kg de légumes (souvent non choisis) par semaine ou quinzaine. Pour ma part je n'ai pas une vie "linéaire", mes envies changent beaucoup et je n'ai pas envie d'entasser des kilos de tomates qui se conservent pas très bien ou de me forcer à les manger (c'est un peu contre mes principes diététiques :-) Là au moins si je sais que je vais avoir peu de temps pour cuisiner, que je ne suis pas là les week-end, je fais une petite commande de produits qui se conservent ou carrément je "saute" une livraison. Pas d'obligation, on achète ce qu'on veut quand on veut. Bref j'adore.

Du côté des éléments moins drôles j'ai repéré 2 points importants :
- les prix. Une amie m'a indiqué que c'était normal au début de la vie d'une Ruche et que ça s'améliorait ensuite. Je suis tout à fait disposée à rémunérer correctement les producteurs en échange de bons produits mais il ne faudrait pas qu'ils assimilent le concept de la Ruche à celui du "il n'y a plus 50% de marge à filer à l'hypermarché, alors je vends au même prix que d'habitude et je garde la marge pour moi". J'espère que ça se stabilisera mais j'ai vu des pommes de terre bio à des prix totalement délirants... il ne faudrait pas abuser non plus.
- ça va en faire rire certains, mais qui dit légumes moins torturés aux produits chimiques et cueillis à maturité dit moins bonne conservation. Une commande tous les 15 jours = il faut être judicieux dans ses choix et ses quantités. Au bout de 15 jours les tomates cueillies déjà mûres au départ risquent d'être dans un sale état. Même chose : ne préjugez pas trop de la taille de votre frigo. J'ai la "malchance" de n'avoir aucun endroit frais dans mon appartement (autre que le frigo) donc tout légume qui ne rentre pas dans le frigo est forcément entre 20°C (l'hiver, et encore sans chauffage) et 27°C (l'été). Si vous êtes dans un cas similaire, allez-y progressivement, avec des petits paniers, quitte à compléter entre temps par des achats "hors Ruche" histoire de ne pas risquer devoir jeter des produits qui ne se conserveraient pas. Au passage on pourrait croire que 15 jours entre les livraisons c'est éloigné, mais je trouve que c'est un bon rythme, car finalement le processus prend un peu de temps (choisir ses produits, vérifier que tout sera livré, aller chercher sa commande) donc c'est pas mal que ça ne soit pas trop souvent. Au moins ça force à réfléchir un peu sur le contenu de son panier et ensuite c'est fait pour 15 jours.

Vous l'aurez compris, j'aime beaucoup le principe, n'hésitez donc pas à voir si vous avez une ruche près de chez vous ou pourquoi pas à en monter une s'il n'y en a pas et surtout si vous avez déjà testé, je veux bien vos avis dans les commentaires.

jeudi, 13 février 2014

Silence ... On couve :-)

Comme vous avez pu le constater, mon blog n'est pas très fourni depuis le mois de décembre dernier. Alors non, je n'ai pas hiberné comme certaines espèces animales mais ... j'ai couvé :-). En congé maternité depuis début décembre, je me suis préparée à accueillir mon petit bout et j'ai quelque peu délaissé mon activité professionnelle... 

Depuis le 15 janvier dernier, je suis officiellement une maman. Je reprends mon travail en mars donc pas de soucis pour la prise de rendez-vous. 

Ce changement de situation ne modifie rien au blog, il fonctionne juste au ralenti mais j'ai bien prévu de continuer à écrire sur l'alimentation et la diététique. Je n'ai pas abandonné mais je ne pensais pas qu'un petit homme de 50cm pouvait autant accaparer mon esprit :-)

Du coup, ne soyez pas surpris si vous voyez apparaître des articles sur l'alimentation des enfants/bébés dans les mois à venir ... C'est essentiellement mon quotidien qui m'inspire et celui-ci à quelque peu changé (en bien, rassurez-vous :-D). 

jeudi, 26 septembre 2013

La force de la diététicienne : l'individualité, la singularité

Non non, je ne vais pas vous parler d'égoïsme, mais plutôt de personnalisation et de personnification : une des forces de notre métier de diététicienne, c'est la possibilité de prendre en charge votre demande de manière individuelle. Lorsque vous allez voir un médecin généraliste, si vous avez une demande autour de l'alimentation, le sujet va être traité en 10 minutes... pas vraiment la place pour rentrer dans les détails de la réalité de votre vie. D'ailleurs les généralistes n'aiment en général pas trop aborder le sujet de l'alimentation : beaucoup trop chronophage.

Les retours récurrents que j'ai eu de patientes ayant consulté des médecins nutritionnistes sont un peu les mêmes. Le temps manque, on obtient vite un "équilibre alimentaire type" et ensuite à chacun de se débrouiller. Tous bien sûr n'ont pas la même approche, heureusement, mais d'après ce que j'entends autour de moi c'est un peu l'approche retenue en général.

A l'inverse, le diététicien ou la diététicienne est assez libre dans sa pratique, c'est pour ça que pour ma part il n'est pas rare que je passe 1h15 avec vous lors du premier rendez-vous. Pour certaines personnes en réelle difficulté, il m'est arrivé (exceptionnellement quand même) de discuter pendant plus de 2 heures afin de commencer à mettre en place un travail ensemble.

Ce que j'aime dans mon métier c'est que chaque individu est différent et que je peux faire en sorte que nous mettions en place des solutions adaptées à lui, à sa singularité et non pas une "méthode générale" vaguement adaptée à son cas.

Prenons par exemple cette patiente, diabétique, maman de 2 petites filles avec au total 3 heures de transport tous les jours. Mon cours "officiel" de ma formation me dit très bien quoi faire "pour une personne diabétique il faut faire ci, ça, pas ci, pas ça...)". Tiens par exemple "les féculents du type pois, lentilles, ... sont bien adaptés car ils ont un index glycémique bas".

Sauf qu'en face de moi je n'ai pas "une diabétique", j'ai une mère de famille, avec un planning bien chargé, ... à moi de pouvoir lui apporter des solutions pour gérer son alimentation, celle de sa famille en tenant compte de ses impératifs. Si je lui dis "lundi soir pour diner ça sera des lentilles corail" ça va bien lui plaire de passer 1 heures à les rincer, faire cuire, ...

En ayant eu beaucoup d'informations sur la réalité de son mode de vie, je peux lui expliquer que "non la conserve ça n'est pas le mal" ou encore lui proposer de cuisiner le week-end en prévision de la semaine par exemple. Chose que je ne proposerai pas à cet autre patient, diabétique aussi, qui a horreur de cuisiner et qui part surfer tout le week-end dès que le soleil est de la partie.

Certains mangent bio, d'autres ne jurent que par le surgelé, certains sont végétariens, végétaliens là où d’autres n'envisagent pas un repas sans un "bon bout de barbac", certains privilégient leur carrière, d'autres leur famille, .. bref il n'y a pas une alimentation idéale mais des alimentations adaptées à chacun ... qui évoluent aussi au cours de la vie... et c'est là qu'une diététicienne intervient, qu'elle apporte des solutions concrètes, que vous ne trouverez pas dans un magazine.

En tout cas c'est comme ça que je vois mon métier.

jeudi, 1 août 2013

La réflexologie qu'est ce que c'est ?

Arriver dans une nouvelle région amène à créer de nouveaux liens, à faire de nouvelles connaissances tant personnelles que professionnelles. Aujourd'hui, j'ai envie de vous parler d'une personne que je viens de rencontrer dans le cadre de mon travail. Il s'agit d'une réflexologue qui travaille près de Bordeaux. 

Pour tout vous avouer, avant notre rendez-vous, je ne savais pas ce qu'était la réflexologie mis à part que cela avait trait aux pieds :-) Un peu léger niveau connaissances :-) il me fallait approfondir le sujet... En fait, il s'agit d'une thérapie manuelle visant à soigner sans médicament. Un peu  comme l'acupuncture mais sans les aiguilles, juste avec la pression des doigts. Attention ce n'est pas un massage car le but est d'améliorer le travail de nos organes, de les aider à "s'auto-réparer", de favoriser la circulation en général en appuyant sur des zones spécifiques de nos pieds qui sont nerveusement reliées à ces organes ou à l'appareil circulatoire.

En bref, vous pouvez consulter un réflexologue comme vous iriez voir un ostéopathe. Il s'agit juste d'une autre technique douce pour soigner les maux du quotidien (jambes lourdes, ballonnements, digestion difficile, maux de têtes, douleurs articulaires ...). 

Delphine.jpgLa personne que j'ai rencontré s'appelle Delphine Dubois. Elle exerce à Talence (au sud de Bordeaux) et se déplace aussi à domicile. Ne connaissant rien à la réflexologie, mais ma curiosité étant piquée, nous nous sommes rencontrées plusieurs fois pour qu'elle me parle de son métier. Cerise sur le gâteau, j'ai eu droit à une séance d'initiation pour faciliter la compréhension. C'est vrai, c'est toujours plus facile de parler de ce qu'on connait et qu'on a expérimenté que de parler de la théorie. J'ai donc testé et j'avoue : j'ai adoré ! C'est une technique qui n'est pas douloureuse, peu invasive car seuls les pieds et chevilles sont manipulés, et surtout très relaxante. En tout cas sur la sensation de jambes lourdes, c'était impressionnant. 15 minutes et j'ai déjà senti des effets positifs sur ma sensation de lourdeur et sur les tensions. Elle travaille avec de la musique douce qui aide à se déconnecter du quotidien, à faire une parenthèse. 

Je trouve que pour les personnes pour qui le toucher n'est pas facile à appréhender, à accepter, c'est une très bonne idée. De plus c'est un autre moyen de travailler sur la perception du corps car en touchant certains endroits de nos pieds, apparaissent des sensations ailleurs. Par exemple, lorsqu'elle a touché le bout de mon gros orteil, j'ai eu l'impression qu'on me massait le crâne ... étrange mais passionnant et relaxant !

Du coup, si vous êtes de la région de Bordeaux et que vous êtes curieux et que vous cherchez une autre approche au traitement de certaines douleurs ou plus simplement que vous souhaitez vous détendre, n'hésitez pas à la contacter. Elle a un site (http://www.reflexologuemieuxetre33.fr/) qui regroupe toutes les informations dont vous pourriez avoir besoin.

Pour le reste de la France, je n'ai pas d'adresse à vous conseiller en particulier, mais vous pouvez trouver une liste des réflexologues membres de la Fédération Française de Réflexologie sur le site de la fédération. Il faut savoir que comme pour la diététique, la réflexologie est remboursée par certaines mutuelles, renseignez-vous donc avant de prendre rendez-vous.

Et vous, que pensez-vous de la réflexologie ?

Dites-le moi dans les commentaires car vos avis m'intéressent fortement.

- page 1 de 12