Hél&è;ne AgeneauHél&è;ne Ageneau, diététicienne diplômée d'Etat

Parce que bien manger est une nécessité !

Mot-clé - aliments

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, 4 février 2016

Peut-on s'amuser avec les aliments ?

jouer_escargot.jpgUne chose qui ressort de mes consultations, notamment avec les enfants et les adolescents (mais pas seulement), c'est que je ressens qu'ils voient l'alimentation comme quelque chose d'hyper sérieux. Il faut dire qu'on leur a répété à longueur de temps des messages probablement plus violents psychologiquement que les jeux auxquels ils jouent !!! "Faut pas manger ça", "les bonbons/gâteaux/... c'est interdit", "le sucre c'est un poison", "ça c'est trop salé", "si tu manges ça tu vas devenir obèse"... aie aie aie, l'alimentation diabolisée, symbole de tous les dangers.

Depuis toujours je pense que l'alimentation doit (re)devenir quelque chose de naturel, en se rapprochant des aliments bruts le plus possible, mais aussi en diversifiant ses sources, en essayant des nouveautés, en se faisant plaisir et surtout en mangeant avec tous ses sens, même si on sort parfois de l'équilibre parfait prôné un peu partout.

Si vous planifiez un régime alimentaire hyper strict pour vos enfants, avec brocoli et chou fleur vapeur à tous les étages, il ne faudra pas s'étonner de retrouver sous leur lit un emballage de paquet de bonbons acheté en douce.

L'important est donc de se mettre à la cuisine ensemble, de sentir les différentes épices, de découvrir des produits inconnus, d'essayer des associations, même les plus improbables, de goûter des légumes crus, même ceux "qui ne se mangent que cuits", puis cuits, de toucher, d'écrabouiller (pour les plus jeunes), de tenter des présentations ludiques, bref de considérer l'alimentation et la cuisine tels des activités, des jeux comme les autres.

Nous avons au moins 5 sens, utilisons-les !

jouer_poisson_pane.jpgPhotos Sandrine DL, hé oui c'est tout sauf équilibré, mais c'était drôle, et la salade verte servie après est passée comme une lettre à la poste !

Même chose pour le surimi de la photo précédente : c'est un produit que personnellement je n'aime pas trop pour son côté très très industriel... mais son utilisation ici a permis à de jeunes enfants de manger la mâche et les tomates avec plaisir dès le début car ils ne voulaient pas "détruire" l'escargot !

Dédramatisons un peu l'alimentation et amusons-nous.

jeudi, 20 mai 2010

Stevia, ou la subtilité du marketing diététique

Il y a quelques jours je vous parlais du Stevia, un nouvel édulcorant naturel qui arrive sur le marché.

J'avais eu l'occasion de le goûter lors d'un salon sur la nutrition et la diététique dans un fromage blanc et je dois dire que j'avais plutôt été séduite.

J'ai par la suite reçu dans ma boîte aux lettres une boîte complète de ces petits sachets de la marque Pure Via™ afin que je puisse tester plus longuement... et c'est ce que j'aurai dû faire avant de publier mon précédent billet !

Pourquoi donc ?

C'est très simple, si cet édulcorant est bien d'origine naturelle, son goût est en fait très très prononcé et très très éloigné du sucre. Il est en effet très amer. Et je comprends donc mieux pourquoi on me l'a fait goûter dans du fromage blanc qui est déjà naturellement assez astringent. Le goût de ce "faux sucre" passe alors relativement inaperçu surtout quand on ne connaît pas précisément le goût du fromage blanc en question (ça varie grandement entre les différents produits)... je me suis une nouvelle fois faite avoir par le marketing ! grrr ! je n'aime pas ça !

Dans une boisson très chaude, la chaleur et la dilution diminuent cet effet désagréable, c'est donc consommable sans trop de problème si vous n'êtes pas trop sensible au goût amer, par contre dans un yaourt nature, sur des fraises ou tout simplement en posant quelques petits grains sur vos lèvres et votre langue, vous allez très vite constater la différence.

Alors faut il tout rejeter en bloc ?

Non bien sûr, il ne faut pas non plus empêcher les nouveaux produits d'émerger et encore moins les recherches sur l'alimentation de se faire, et je pense que le stevia a d'excellents avantages (j'en ai déjà parlé) mais je regrette le manque de transparence des équipes marketing derrière. OK ce produit est amer, autant le savoir dès le départ et le consommer en connaissance de cause. C'est sûr que c'est moins vendeur que de dire "c'est comme du sucre mais ça ne fait pas grossir" mais si au final les consommateurs achètent une boîte, trouvent ça infect et n'en achètent plus, je ne suis pas sûr que la publicité sur le long terme soit très positive (la preuve mon billet).

Bref, le stevia c'est amer, c'est donc de nature à changer le goût de l'aliment avec lequel on le mélange, alors je n'en mettrais plus dans mon yaourt mais pourquoi pas encore dans mon thé... enfin tant qu'il en reste dans la boîte, parce que désolée, mais je n'en achèterai pas.

jeudi, 15 avril 2010

Stevia, le nouvel édulcorant naturel à la mode

Vendu sous l'appellation "Pure Via" vous avez peut-être découvert dans le rayon "sucre et édulcorants" de votre supermarché ce nouvel édulcorant.

Le marketing surfe sur la vague du naturel ce qui a tendance à m'énerver un peu, mais cette fois il faut l'avouer c'est plutôt justifié.

Le Stevia, dont est issu notre édulcorant est une plante contenant naturellement une molécule qui a un fort pouvoir sucrant et qui semblerait induire une production d'insuline en cas d'hyperglycémie.

Je traduis : dans cet édulcorant, 2 choses m'intéressent.

1/ comme l'aspartame, il n'apporte pas de calories car il n'est pas assimilé par le corps (qui ne le reconnait pas comme étant du sucre). néanmoins il a le goût du sucre. Pour simplifier : c'est sucré mais ça ne fait pas grossir.

2/ Depuis des siècles les feuilles de cette plante sont utilisées comme "remède" au diabète. Sans qu'on sache vraiment pourquoi cette plante permet de réguler la glycémie, c'est à dire le taux de sucre dans le sang. Etre diabétique c'est justement avoir un dysfonctionnement de cette régulation. Aujourd'hui encore les études se poursuivent afin de comprendre le fonctionnement de cette plante, ce qui explique pourquoi ce produit n'est pas prescrit aux diabétiques mais les bienfaits semblent réels.

Un autre point positif, très important à mes yeux et qu'on a tendance à oublier, c'est la texture. Pour l'avoir goûté dans un fromage blanc, le Pure Via ressemble à s'y méprendre à la texture du sucre en poudre : ses petits grains croquent sous la dent. Ca n'est l'air de rien mais ça change radicalement de la poudre d'aspartame fine comme de la farine.

Abordons les sujets qui fâchent : ce produit est-il cancérigène ? Apporte t'il d'autres désagréments ?

Je ne me prononcerai pas car ce n'est pas mon domaine et le recul est faible, mais du point de vue sanitaire, l'AFSSA a autorisé la mise sur le marché de ce produit début 2010 en tant que produit minceur sans restriction d'âge (contrairement à l'aspartame qui est déconseillé en dessous de 3 ans). Par ailleurs le procédé de fabrication est assez proche de celui du thé (séchage des feuilles, ...) et les excipients (ce qui complète la molécule) sont issus eux aussi de produits naturels.

Dans tous les cas, ça reste un édulcorant et je vous ai déjà expliqué pourquoi je n'en suis pas fan, mais de tous celui-ci semble le plus naturel et il semble avoir un intérêt médical que les autres n'ont pas.

jeudi, 1 avril 2010

Les nouveautés diététiques - candia Silhouette active

Comme chaque année, le salon Dietecom s'est tenu à Paris il y a quelques jours. Outre les conférences, c'est aussi le moment où l'on peut se retrouver entre diététiciens et nutritionnistes et également faire la découverte des nouveautés culinaires issues des industries agro-alimentaires.

Cette année j'ai donc testé pour vous le lait Candia "Silhouette Active" nature. Mes patients m'avaient demandé mon avis concernant l'efficacité de ce produit que je ne connaissais pas encore, c'était donc l'occasion de me faire ma propre opinion. Il s'agit d'une briquette de lait vendue comme "permettant de couper la faim" et donc de "moins craquer" (sur le chocolat par exemple). Comme on est calé par le lait on ne mange plus qu'un carré de chocolat au lieu de la tablette entière.

Double problème selon moi :

  • Le marketing fausse l'usage de ce produit : du point de vue théorique ce concept semble très intéressant, malheureusement, en pratique mes patientes ont envie de chocolat et pas de lait. Ce lait est enrichi en matières grasses afin d'obtenir l'effet de satiété, très bien pour l'estomac, mais le cerveau a bien souvent un avis différent et l'envie de chocolat ne passera que lorsqu'elle sera assouvie. Mathématiquement parlant : lait enrichi + chocolat a satiété = finalement plus calorique que le chocolat seul. Le cerveau peut être parfois très persuasif lorsqu'on rentre dans des envies non rationnelles. Avec ce genre de produit on n'est plus dans l'écoute de soi mais dans une lutte contre soi-même qui s'avère généralement très peu efficace.

  • Deuxième souci, même si les goûts diffèrent entre les individus, personnellement j'ai trouvé ce produit très insatisfaisant gustativement (le terme pensé est plus fort que ça mais je n'ose l'écrire ici...). Ce lait se termine par une note amère et astringente assez désagréable à mon goût. Pour ceux qui pensent que "plus un médicament à mauvais goût plus il est efficace" vous êtes servis, ce produit a tout du parfait alicament.

Allez pour être positive, ce lait aura au moins réussi à me couper l'appétit par son mauvais goût et à me donner une furieuse d'aller me laver les dents. C'est mon dentiste qui va être content ;-) En attendant si c'est comme ça que c'est censé fonctionner en réalité : vous dégoûter de manger quoi que ce soit d'autre après cette petite briquette, je trouve le principe assez révoltant.

La semaine prochaine je vous parlerai d'un autre produit qui m'a un peu plus convaincu...

jeudi, 13 septembre 2007

Index glycémique : Quels sont les aliments à IG bas ? (3/3)

Pour conclure cette série sur l'index glycémique, voici ce que vous attendez tous : une liste d'aliments à index glycémiques bas. Je vous rappelle que l'intérêt de ces aliments est de privilégier l'utilisation des graisses stockées dans l'organisme lorsque ce dernier en a besoin.

Les aliments à IG bas sont les suivants (liste non exhaustive) :
- les céréales complètes : riz, pâtes, semoule, blé (boulgour, Ebly), quinoa, riz basmati, épautre, avoine, muesli standard ...
- du pain complet, bis, multicéréales, pumpernickel (pain noir allemand)
- les légumes secs : lentilles, pois cassé, pois chiches, haricots blancs ou rouges, ...
- soja et dérivé de soja : tofu, lait de soja, crème dessert , crème pour la cuisine...
- tous les légumes crus ou cuits, surgelés, frais ou en conserve ; même la patate douce, la carotte ou la bettrave
- les fruits frais ou secs (sauf dattes), les compotes sans sucres ajoutés, les jus de fruits sans sucres ajoutés
- les fruits oléagineux : noix, noisettes, amandes ...
- les huiles végétales : olive, colza, tournesol, pépin de raisin, noix ... Elles ne contiennent pas de glucides mais uniquement des graisses.
- la viande, le poisson, la volaille, les oeufs car ces aliments ne contiennent pas de glucides.
- les laitages natures, le lait, les fromages
- les sodas ou boissons "sans sucre"
- le chocolat (je sens que certains viennent de trouver une excuse à leur surconsommation :-), le fructose, le sirop d'agave, les confitures allégées en sucre, le sirop d'érable, les chewing-gum ou bonbons sans sucre

Certains vont se dire : mais il y a tous les aliments possibles dans cette liste... non, pas vraiment... voyons d'ailleurs une petite liste des aliments à index glycémique haut... donc à éviter :
- sans surprise : sucre, bonbons, crème glacée, sodas sucrés, ...
- mais aussi : le riz blanc, les pommes de terre, les aliments à base de produits rafinés (farine blanche par ex), ...

Voilà, ainsi s'achève cette série d'articles sur l'index glycémique, j'espère que ça vous aura un peu éclairé sur le fonctionnement de notre organisme et sur les produits à privilégier afin d'aider au mieux cette formidable "machine" qu'est notre corps.

Partie 1 : L'index glycémique, qu'est-ce que c'est ?
Partie 2 : Pourquoi privilégier les aliments à IG bas ?

jeudi, 6 septembre 2007

Index glycémique : pourquoi privilégier les aliments à IG bas ? (2/3)

La semaine dernière, je vous ai expliqué ce qu'était un Index glycémique. Aujourd'hui, je vous propose de vous expliquer pourquoi les aliments à IG bas sont les aliments glucidiques à privilégier.

Pourquoi les aliments à IG bas doivent-ils être privilégiés ? Ceci est lié à la fabrication d'insuline. Je vous ai dit la semaine dernière que l'insuline était fabriquée après la digestion pour faire entrer le glucose sanguin dans les cellules de l'organisme afin que le glucose soit utilisé comme source d'énergie. La clé est là. Si l'on consomme trop d'aliments à IG élevé le pancréas va fabriquer beaucoup d'insuline pour que le glucose ne reste pas dans le sang (l'organisme n'aime pas ça). Du coup, nos cellules vont quasiment exclusivement utiliser le glucose comme source d'énergie et non plus un peu de glucose puis rapidement puiser dans les stocks de graisses. Le relais n'étant pas passé, les graisses restent dans nos tissus et ne sont pas utilisées.

De plus, lorsqu'on consomme trop d'aliments "sucrés", l'organisme "met en réserve" dans le foie le "trop plein". Cependant le foie n'a pas une grande capacité de stockage. Etant donné que le glucose ne peut pas rester dans le sang, il est transformé et stocké sous forme de Triglycérides ...qui sont des graisses.

En résumé, consommer trop d'aliments à IG élevé et en quantité inadaptée amène à ne pas utiliser nos graisses comme seconde source d'énergie voire à en fabriquer de nouvelles ! Indirectement, cela contribue à prendre du poids ou du moins ne pas en perdre.

Mais quels sont donc les aliments à index glycémique bas ? C'est ce que vous découvrirez ici même la semaine prochaine dans le dernier volet de ce dossier.

Partie 1 : L'index glycémique, qu'est-ce que c'est ?
Partie 3 : Quels sont les aliments à index glycémique bas ?

dimanche, 4 mars 2007

Manger équilibré ?

Une question revient souvent autour de moi, que ce soit mes patients ou des amis : "C'est quoi manger équilibré ?". Il n'y a pas de réponse simple ni universelle mais on peut déjà s'approcher de la vérité en disant "c'est manger à chaque repas un aliment de chaque groupe". Les groupes d'aliments sont au nombre de 7 :
  1. Lait et produits laitiers
  2. Viande, poisson, œufs
  3. Fruits et légumes
  4. Féculents, céréales, pain
  5. Matières grasses
  6. Boissons
  7. Sucre et produits sucrés

C'est aussi simple que ça ? Bien sûr que non ! Mais déjà avec une telle approche on réduit considérablement les erreurs alimentaires.