Allergies et emballages alimentaires

Durant mon périple en Angleterre, cet été, j’ai été surprise par les emballages de denrées alimentaires dans les supermarchés. En effet, en France il existe une règlementation sur l’annotation des ingrédients (liste des ingrédients par ordre décroissant) et sur l’information concernant la présence possible d’allergènes durant la fabrication. On retrouve donc sur les emballages de céréales de petit déjeuner l’information qu’elles ont été fabriquées dans une usine qui traite des produits contenant des noix, du soja …

Je trouve cela intéressant pour les gens qui ont des allergies alimentaires malgré une sur-protection de la part des industriels, car sur chaque paquet on y lit une liste d’allergènes de plus en plus longue, avec parfois des doutes quant à la réelle possibilité de les y trouver. Par exemple, sur un paquet de céréales, on y lit que le produit a pu être en contact avec des œufs !! Je ne sais pas pour vous, mais je trouve que c’est un peu poussé. Normalement, si les céréales passent dans la même chaîne de production qu’une denrée contenant des œufs, je suppose que cette chaîne a été nettoyée au préalable. En tous cas je l’espère fortement, sinon bonjour l’hygiène ! Du coup, il ne reste que la poussière d’œufs qui pourrais contaminer les céréales … Bref, les industriels se protègent même si ça n’est pas toujours très cohérent.

Compote pomme bananeEh bien figurez-vous qu’en Angleterre, c’est encore pire ! Sur chaque emballage figure 3 listes des allergènes « potentiels » liés à la recette, l’usine et les ingrédients. On trouve donc des inepties encore plus grandes qu’en France. Dans une compote à la banane où les ingrédients sont « pommes, bananes, sucre » (cf photo ci-contre) on lit que la recette ne contient pas de noix, l’usine ne fabrique pas de produit contenant des noix mais … que le produit final peut contenir des noix !!! Tout ca parce que la société qui fabrique la compote ne peut/veut pas s’assurer de l’origine et des conditions de transport des ingrédients (qu’il s’est fait livrer sans savoir s’ils ont transité dans un conteneur contenant aussi des fruits à coque par exemple).

Du coup, les allergiques anglais ne peuvent quasiment pas manger ou utiliser des aliments fabriqués par des industriels parce que beaucoup « ne garantissent pas l’absence de noix ! ». Et ce n’est probablement qu’une question de temps avant qu’on retrouve les mêmes avertissements en France.

L’information c’est bien. La protection des allergiques et des industriels c’est réglo. Par contre l’ultra-protectionnisme, je trouve que c’est « un peu too much » !

On finit par « psychoter » sur les aliments qu’on soit allergique ou pas. A force de renforcer ces avertissements on commence à s’inquiéter sur l’innocuité des fruits à coque par exemple. J’ai des patientes qui me demandent si on ne risque pas de devenir allergique en consommant des produits allergènes, voir même sur le fait qu’on risque « d’attraper » un cancer… 

Et après on s’interroge sur le pourquoi de la croissance de la restriction cognitive … 

Allergies et emballages alimentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut