5 en-cas diététiques qui n’en sont pas

Aujourd’hui je voulais vous parler d’un article américain d’Adam Pash rédacteur (entre autre) du site lifehacker. Comme je sais que bon nombre d’entre vous n’aime pas trop lire des articles en anglais, je vous l’ai traduit (par avance, excusez ma traduction parfois un peu littérale :-).

« Ne vous croyez pas un grand sage lorsque vous passez au rayon fruits secs plutôt que celui du chocolat, ou des chips de légumes au lieu des Pringles. De nombreux en-cas qui sont commercialisés comme étant « bons pour la santé » et donc également pour votre tour de taille, ne sont pourtant pas beaucoup mieux, et, dans certains cas, pires. Voici des exemples d’aliments « délinquants » :

1. Légumes secs : Les chips « Snapea » sont faites à partir de pois séchés au soleil et contiennent « tous les nutriments naturels des petits pois », selon l’entreprise Snack Salad. Mais ne croyez pas que cela signifie qu’ils sont moins caloriques. 22 chips (30g) contiennent 150 calories et 8 grammes de gras, d’après les sources snacksalad.com. En calories et en matières grasses, c’est donc tout aussi mauvais que les paquets de Doritos. Alors réfléchissez bien avant de les mettre dans votre caddie et de les arroser de vinaigrette.

2. Chips de légumes : Les « Terra Chips »,  chips colorées composées de fine tranches de patate douce, de panais ou de yucca contiennent 150 calories et 9g de lipides pour 30g soit 14 chips, d’après Terrachips.com.  Par ailleurs, les chips « Utz’s Natural Exotic Medley » contiennent 160 calories et 10g de matières grasses pour 30g, toujours d’après le site internet de la marque.

3. Barres granola : Bien que ces tendres barres contiennent une bonne part de céréales, elles sont souvent arrosées de sucre et de sirop qui diminuent une partie de la valeur « santé » qu’on leur attribue. Les barres à la noix et à la vanille de chez Val Nature’s contiennent 190 calories et 7 grammes de gras pour les 2 barres du sachet. Chaque portion contient également 11 grammes de sucre, soit autant que 3/4 d’un bol de Lucky Charms, d’après General Mills.

4. Fruits secs : Un abricot sec peut sembler être tout aussi sain que l’abricot frais, mais en réalité ce n’est pas le cas. Il faut une quantité d’abricot sec plus importante pour se sentir l’estomac rempli car l’eau contenue naturellement dans l’abricot a disparu lors du séchage. L’abricot sec apporte donc plus de calories au 100g du fait de sa déshydratation.
Par ailleurs, de nombreux fruit secs sont enrobés de sucre. Du coup, une poignée de raisins secs contient autant de sucre que 500g de raisins frais, d’après le site internet de la nutritionniste Anne Collins.

5. Muffins au son : Ils auraient battu les muffins aux pépites de chocolat dans la course au « manger sain », mais les muffins au son renferment de la farine raffinée et beaucoup de sucre. Un muffin moyen contient 305 calories, 8,4 grammes de matières grasses et 9,3 grammes de sucre, selon caloriecount.about.com. Une pâtisserie qui n’est plus à la mode aujourd’hui, les beignets Dunkin ‘Donuts, contient quant à elle 280 calories, 18 grammes de gras et 6 grammes de sucre, selon dunkindonuts.com. »

Cet article – même s’il évoque des produits plutôt américains – est très intéressant car il explique, encore une fois me diriez-vous, qu’aucun aliments ne peut être consommé « à volonté » même s’il a certaines vertues. Dans le cadre d’un amaigrissement, c’est souvent ce qui se passe. On consomme trop d’un aliment pauvre en calorie car, soit disant « on peut », mais en ne faisant pas attention à ses besoins physiologiques cela peut parfois être trop par rapport à nos besoins.
Résultats on peut prendre du poids ou stagner dans sa perte de poids car on a trop mangé de pommes ! Dur à entendre, je sais. Mais non moins réaliste. Je vous laisse méditer à votre comportement vis à vis des aliments dits « diététiques » ou « sains ». Les mangez vous de la même manière que votre tartine pain / Nutella, que vos biscuits fétiches, que …

L’article original si vous avez envie de le lire en anglais : http://www.newsweek.com/id/177096

5 en-cas diététiques qui n’en sont pas

Un commentaire sur “5 en-cas diététiques qui n’en sont pas

  1. Merci pour la traduction de cet article, c’est en effet un peu littéral mais on comprend bien l’idée.
    J’avoue que je ne me méfiais pas du tout des fruits déshydratés, que je considérais comme des « fruits » normaux en me disant simplement qu’il y avait juste un peu moins de vitamines.
    L’aspect « on en mange plus parce que c’est moins lourd » m’était quelque peu passé au dessus de la tête.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut