La truffe

truffe-noire.jpg

On en entend souvent parler, mais on n’a pas toujours l’occasion d’en approcher de près… j’avais donc envie de vous raconter ma rencontre avec la truffe.

truffe-noire-coupee.jpg

A l’occasion d’un Week-end de travail à Sarlat, j’ai découvert ce produit tant convoité : la Truffe noire du Périgord ou Tuber melanosporum.

Il s’agit d’un champignon, qui se développe au printemps et se « cueille » de novembre à janvier. La cueillette se fait à l’aide d’un chien ou d’un cochon qui par leurs flairs arrivent à les situer. On peut aussi les trouver avec des mouches. En général, ce champignon s’associe à un arbre autour duquel s’observe un cercle vide de végétation, comme si la terre avait brûlée.

Ce champignon, pour l’avoir dégusté, est très particulier car il n’a pas le goût des champignons que l’on consomme habituellement. C’est un produit qui est très odorant. Cet atout permet de confectionner des huiles à la truffe ou encore d’aromatiser des œufs avant de les cuisiner. Il suffit de placer les œufs encore dans leur coquille avec des morceaux de truffe dans un bocal fermé pour que le blanc et le jaune soient parfumés.   

Je ne connais pas le goût de la truffe cuite mais la truffe fraîche est très aromatique. Le goût est puissant et doux à la fois, la texture craquante. C’est une denrée très intéressante à déguster du fait de sa richesse en goût, en texture, en arômes … 

La truffe est un produit cher, mais en saison, une petite truffe peut devenir abordable. Pour ma part, j’ai acheté fin janvier un truffe de 2/3cm de diamètre pour 9 euros. Elle m’a permis de cuisiner pour 6 personnes ; soit 1.5 euros par personne. Associé à des produits culinaires de saison et peu onéreux, le plat confectionné ne coûte pas plus qu’un plat de viande.

Et vous : en avez-vous déjà mangé ? Qu’en pensez-vous ? Avec quoi l’avez-vous associée ?

La truffe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut