Le quotidien du décaféiné : Quand les marques me prennent pour une truffe !

Après le micro régime dont je vous avais parlé il y a quelques temps, il s’est écoulé plusieurs mois sans que je ne reçoive de nouvelle invitation à la propagande commerciale… mais ça ne pouvait pas durer longtemps puisque l’autre jour dans ma boîte aux lettres, une enveloppe attire mon attention, « Le quotidien du décaféiné » m’écrit à moi… tient mais c’est qui donc ce quotidien ?

J’ouvre le courrier et commence par lire la jolie lettre : Cher docteur (ah non désolé, moi je suis diététicienne, loupé), à ce moment là mon oeil est attiré par un gros logo en bas à gauche du courrier, … Nescafé. Ah c’était bien joué parce que sur l’enveloppe tout avait été fait pour que je ne méfie pas.

A partir de là vous vous doutez bien que tout est forcément biaisé : comment pourrais-je avoir la moindre confiance en ce que je pourrais lire dans cette lettre et les documents joints sachant que c’est rédigé par une société dont le seul but est de vendre plus de café ?

Pourtant le courrier se veut rassurant, on me propose 2 livrets séparés, un pour moi avec une approche scientifique (vas-y que je te flatte et que je sous entend que mes patients sont trop nuls pour comprendre) et un pour mes patients pour leur mettre à disposition toute les informations de manière « pédagogique ».

Ce genre de communication m’horripile au plus haut point par son côté « publi rédactionnel » où on va soigneusement choisir les points qu’on met en avant en mettant de coté ceux qui fâchent et où du coup n’importe quel produit peut passer pour le meilleur du monde.

Je m’insurge encore plus quand dans le livret pour le praticien, on peut y lire les choses suivantes :
– le café aiderait à prévenir les maladies cardio-vasculaires
– le café diminuerait le risque de diabète de type 2
– le café serait bénéfique en prévention des maladies neuro-dégénératives
– le café réduirait le risque de survenue de certains cancers
Bref, ça serait à priori le produit miracle mais surtout tout est au conditionnel, histoire de pas trop se mouiller. Au passage pas de source directement associée à ces semi-vérités, il faut aller à la dernière page pour avoir tout en vrac (débrouillez-vous pour vous y retrouver).

Ca me donne des envies d’écrire des billets de blog du genre :
– jeuner pendant 3 mois aiderait à perdre du poids
– ne manger que des haricots verts vapeur réduirait les risques de prise de poids
– …

Bref, quelle que soit la part de vérité de tout ça, je retiens surtout qu’une société qui vend du café souhaite avant tout montrer que le café a des tas de bienfaits (pardon « aurait » mais dans l’esprit du lecteur on a vite fait de transformer le conditionnel en affirmation, et c’est sur quoi compte la marque) tout en passant sur les éventuels côtés négatifs. Au passage si le côté « caféine » vous freinait un peu dans votre consommation (et donc dans leur chiffre d’affaires), ils sont là pour vous rassurer sur le fait que le décaféiné est alors parfait pour vous !
Nescafé rassure sur le fait qu’en France ils décaféinent le café à l’eau (et non pas avec un solvant comme c’est couramment le cas) mais le déca que je bois a t’il été fabriqué en France ? et celui des autres marques ?

Après avoir jeté cette publicité (ce n’est rien d’autre) je m’en voulais un peu et je me suis dit : « je suis très critique, c’est facile, mais sérieusement, comment une marque peut-elle communiquer auprès de professionnels de santé ? »
La seule réponse qui m’est venue est tout simplement : c’est impossible. Quoi qu’elle fasse, quelle que soit l’approche, le discours, la remise en question de l’entreprise, elle ne peut pas faire croire transmettre un message totalement objectif. Hors ce que recherche justement un professionnel (et c’est très difficile) c’est avoir des informations les plus neutres et scientifiques possibles. Sans cette neutralité il va falloir confronter des tas de sources différentes pour aboutir à des résultats très vagues (telle société dit que ceci, telle autre dit exactement l’inverse).

Bref une diététicienne et n’importe quel autre professionnel de santé ne peut à mon avis pas prendre en compte ce genre de communication… et la poubelle est alors le meilleur endroit pour ce genre de documents… l’idéal aurait d’ailleurs été que l’entreprise n’ait pas la prétention de faire cette communication, on aurait sauvé des arbres !

Le quotidien du décaféiné : Quand les marques me prennent pour une truffe !

3 commentaires sur “Le quotidien du décaféiné : Quand les marques me prennent pour une truffe !

  1. Le café décaféiné apaiserait le mal de dos, il guérirait le cancer, la stérilité et le SIDA aussi …

    Au dela du débat sur la communication de marque, je me demande ce qui est passé par la tête du chef de projet marketing qui a eu l’idée de présenter le café comme un produit médicinal…

  2. Fred,
    La réponse à ton interrogation est dans ta question : chef de projet marketing.
    Quoi j’ai été chef de produit marketing pendant 5 an ? ^^
    Raaah quand même, le marketing c’est vraiment fun 😀

  3. J’ai remarqué que le nescafé m’appaise mais j’aimerai bien savoir s’il a des effets néfastes sur ses consommateurs quotidiens??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut